Forum : Topic "Le monde vivant" : Messages

| << [01] [02] [03] [04] 5 / 5>> |

Darknees06-30 13:41 Votes Edit Del
moi j'aime bien les chauves-souris (non pas à cause de batman) elles ont une mauvaise réputation mais elles nous débarassent de pas mal de nuisibles...

Wawal11-28 17:41 Votes Edit Del
Moi c'est le dragon mais il y a un problème:il n'éxiste pas^^

Fulldragon11-30 11:15 Votes Edit Del
pareil pour moi ^^

Akou12-04 22:31 Votes Edit Del
moi c'est le faucon a plume argenter :D ou bien l'aigle royale j'hésite encore ^^.
maintenant pour les dragons sont fort lier avec certaine croyance.

c'est dingue mais dans chaque civilisation est née la légende des dragons.(sauf les maya,astec,ect...)
mais on en parlait en Scandinavie,Arabie,Europe, japons, chine, ect... et chacun avait leurs visions du dragon qui a l'image de chacun est le plus puissants des prédateur comme notre amis le t-rex maintenant on n'a jamais vu de duel entre ces 2 animaux mais je parierais sur le dragon :D
quand on y connait pas mal on c'est même expliquer scientifiquement comment un dragon vol.
vous été d'accord pour dire que ces ailes quand on le dessine ou quoi ne suffise jamais et comment ça se fait qu'il crache du feu?
La solution est simple il aurait une poche dans sont corps remplit d'un gaz plus léger que l'air et inflammable qui l'aide donc a voler et a cracher du feu grâce a ça glotte tout a fait spécial qui fait comme effet briquet  ; )
le monde fantastique est tellement bien fait!

Wawal12-05 19:46 Votes Edit Del
Et ce gaz il le gagne en mangeant ou en avalant des pierres,non?

Akou12-07 18:11 Votes Edit Del
non tu sais dans t'est intestinc tu as du gaz flamable surement que sont suc gastrique est différent et donc pour ces alliments sa se transphormerais en se gaz (l'helium je crois, le même qui est utiliser dans les zepellin)
ces alliments je croit qu'il n'est que carnivore.

Apocalypse12-11 08:37 Votes Edit Del
ça sent l'émission des dragons sur arte ça :D

Apocalypse04-17 18:59 Votes Edit Del
Alex, est un perroquet gris du Gabon, qui de 1977 à sa mort, faisait l’objet d’expérience scientifique menée par l’éthologue Irene Pepperbeg. Ce qui rendait Alex si exceptionnel n'était pas tellement le nombre de mots qu'il connaissait mais le fait qu'il les comprenait réellement et pouvait même les utiliser de manière constructive dans le cadre d'une conversation. Il était, par exemple, capable de donner la couleur d'objets qu'on lui désignait et de les retenir, mais également reconnaitre les quantités jusqu'à six (le zéro compris). Ce qui était plus étonnant c’était qu’il pouvait comprendre des concepts comme "plus gros que...", "plus petit que...", "pareil que...", ou "différent de...", il apprenait aussi "au dessus" et "en dessous". S'il lui était demandé la différence entre deux objets, il donnait les réponses, et s'il n'y avait pas de différence entre les objets présentés, il disait "none", ce qui en français peut être traduit ici comme "aucune". Quand il était fatigué de ces expériences, il disait : "I'm gonna go away." (en français "Je vais partir.") et si le chercheur montrait alors de l'énervement ou une réaction, Alex essayait de dédramatiser en disant "I'm sorry." ("Je suis désolé."). Alex savait aussi ce qu'il voulait, ainsi, quand il disait "Wanna banana" (pour dire "je veux une banane") et que les chercheurs lui donnaient des noix, Alex restait alors silencieux et demandait à nouveau une banane, ou prenait la noix et la jetait sur le chercheur.

Source

Dernière édition de Apocalypse le 2009-04-17 19:10:46.

Apocalypse04-25 22:08 Votes Edit Del
LES MANCHOTS

I.Comparaisons avec les pingouins

Les manchots font partis de l'ordre des Sphénicioformes qui comporte une seule famille, celle des Sphénicidés. Souvent les manchots sont abusivement confondus avec les pingouins. Ceci pourrait provenir des traductions anglaises «penguin » et espagnol « pinguino ».

Pourtant ces deux espèces n'ont pas grand chose en commun. Les pingouins sont de la famille des Alcidés (comme les guillemots), vivent dans l'hémisphère nord et ont toujours la capacité de voler (contrairement aux manchots). Le terme « pingouin » ne désigne que deux espèces: Le grand Pingouin (Alca impennis), était celui qui se rapprochait le plus des manchots d'un point de vue morphologie, disparu en 1844. Il était de la taille d'une oie, avec les ailes réduites à de courts moignons ce qui l'empêchait de voler. La deuxième espèce est le petit pingouin (Alca torda), présent en Europe, mesurant environ 40 cm, pouvant voler et menacé d'extinction.


Pingouin Torda

II.Systématique des manchots

Intéressons nous maintenant plus spécifiquement aux manchots. Ils sont au nombre de 18 espèces répartis en 6 genres: les Apténodytes, les Pygoscelis, les Eudyptes, les Eudyptula, les Megadyptes et les Spheniscus. Ils vivent exclusivement dans l'hémisphère Sud, notamment en Antarctique et dans les îles subantarctiques, en Amérique du Sud, en Australie, Nouvelle-Zélande, Afrique du Sud. Ils ont perdu la capacité du vol, mais sont en contrepartie d'excellents nageurs.


Les Apténodytes:

Ce genre comporte les deux plus grandes espèces de manchots, le Manchot Empereur (Aptenodytes forsteri) et le Manchot Royal (Aptenodytes patagonicus). Le Manchot Empereur est le plus grand des deux, mesure de 100 à 130 cm et pèse de 25 à 45 kg. Cet oiseau vit uniquement en zone subantarctique (îles de Crozet, Baldwin, Kergelen), où il peut supporter des température allant jusqu'à -62 °C grâce à 4 couches de plumes superposés dont l'épaisseur totale peut atteindre 1,2 cm, ce qui constitue à elle seule une pouvoir isolant de 85%. Le Manchot Royal peut mesurer entre 85 et 95 cm et peser entre 8 et 16 kg. C'est un animal grégaire qui se rassemble en colonies immenses (plusieurs milliers d'individus) qui sont occupées en permanence.


Manchot Royal


Manchot Empereur

Les Pygoscelis:

Il comporte les Manchots Papou (Pygoscelis papua), Adélie (Pygoscelis adeliae) et à jugulaire (Pygoscelis antarctica).
C'est l'image traditionnelle, qu'on se fait des pingouins (noir sur blanc), notamment en ce qui concerne le Papou.


Manchot Papou

Les Eudyptes

Il s'agit des Gorfous, caractéristiques de part leurs aigrettes orangées (plumes qui se dressent sur la te au-dessus de chaque œil). Ils sont représentés par 6 espèces: les Sauteurs, les Macaroni, (ou dorées) les huppés, les Gorfous des îles Sares, de Schlegel et du Fiordland.


Gorfou

Les Eudyptula

Il s'agit des manchots les plus petits (tel le manchot pygmée), présent en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Les Megadyptes

Une seule espèce: le manchot Antipode (Megadyptes antipodes), caractéristique de part ses yeux jaunes

Les Spheniscus

Présents dans les zones tempérées chaudes (Amérique du Sud, Afrique), ils sont identifiables grâce à une partie rosée sans plume à la base du bec et par une ou deux bandes noires sur la poitrine.


Manchot de Magellan

III.Le manchot: un oiseau unique en son genre


Adaptation à la vie grégaire: les vocalises
Propres à chaque manchots les vocalises sont des cris essentiels vu la taille importante des colonies. Elles sont également utilisées lors de la parade nuptiale pour choisir son partenaire.

Il y en a trois types:
-La vocalise « contact » est utilisée en mer pour compléter la reconnaissance visuelle et reconnaître un individu de la même espèce;
-La vocalise « reconnaissance » est la plus complexe, elle transmet des informations sur la territorialité, la sexualité et la reconnaissance individuelle (utilisée entre membres de la colonie);
-La vocalise « menace » est la plus simple de toutes, utilisée pour défendre son territoire ou prévenir de l'arrivée de prédateurs.


Adaptation au milieu aquatique

Certaines espèces de manchots passent plus de trois quart de leur vie en mer et mettent la patte sur la terre ferme seulement pour se reproduire et muer.

Adaptation: Ils disposent d'ailes rigides, plates et fuselées, ce qui est idéal pour nager, mais également d'os plats et larges, des articulations coude et poignée quasiment fusionnés et ont remplacé leurs longues plumes à l'extrémité des ailes par de courtes plumes (pour plus d'aérodynamisme).

Vitesse: les plus rapide seraient le genre Apténodytes (Manchot Empereur: 10km/h sur plusieurs centaines de kilomètres, 20km/h sur de courtes distances).

Sécrétion de sel:
Ils ont des glandes au niveau du bec qui leurs permettent de se débarrasser des excès de sel dans le corps. Ces sécrétions de sel et de fluides apparaissent sous la forme de gouttelettes sur le bec et sont rejetées en secouant la tête. Ces glandes sont tellement efficaces qu'ils peuvent boire de l'eau de mer sans en être affecté


Adaptation aux conditions climatiques

Pour résister aux températures extrêmes le manchot a à sa disposition un certain nombre de mécanismes:

-Mécanismes comportementaux: L'oiseau peut aussi se positionner sur les talons, tête en avant pour avoir limité le contact avec le sol glacé et par la même occasion toute perdition de chaleur ou dans le cas du Manchot Empereur adopter une formation « tortue » (les manchots se regroupent et se collent les uns les autres en colonies pouvant atteindre jusqu'à 6000 individus, ceux du milieu alterne avec ceux à l'extérieur pour permettre à tous de se réchauffer équitablement).



-Mécanismes physico-chimiques: Il dispose ainsi d'un système de thermorégulation sophistiqué. Le système circulatoire du manchot peut s'ajuster pour conserver ou relâcher la chaleur afin de maintenir une température corporelle constante. Le traditionnel plumage noir sur le dos de l'animal permet entre autre d'absorber la chaleur du soleil, permettant ainsi d'élever la température corporelle.
Les manchots peuvent grelotter pour générer plus de chaleur (frisson thermique). Il s'agit, dans le cas du manchot, d'une adaptation très complexe car les molécules au lieu de produire normalement de l'énergie produisent plus de la chaleur. Ils sont également capables de récupérer 80% de la chaleur qui s'échapperait par la respiration grâce à un complexe système d'échange thermique dans leurs voies nasales.

Enfin, lorsqu'il fait trop chaud pour eux, ils peuvent haleter pour perdre de la chaleur, écarter les ailes ou s'ébouriffer les plumes pour casser les couches isolantes d'air sous leur plumage.

Reproduction

Pour ce paragraphe, nous nous focaliserons sur le cycle du Manchot Royal (qui avec celui de l'Empereur est le plus étudié). Tout commence vers novembre-décembre (l'été dans l'hémisphère sud), date à laquelle l'oiseau cherche une nouvelle compagne pour se reproduire (ou retrouve son partenaire de l'année précédente). Vers début décembre, la mère pond un unique œuf, s'ensuit alors une période d'incubation de 54 jours. L'œuf est ainsi confié à chaque parent qui se relai pour s'approvisionner en mer pendant que l'autre garde l'œuf au chaud entre ses pattes.



Si celui ci venait à être en contact avec le sol, l'œuf serait brisé immédiatement avec le froid. Au bout de ces 54 jours (nous sommes alors à la mi-février), l'œuf éclos. Le poussin croit alors rapidement, protégé du monde extérieur par une poche parentale.



Au mois de mai celui-ci est assez grand, et surtout dispose d'une couche de graisses suffisante, pour pouvoir sortir le bec dehors. Le poussin se met alors à harceler ses parents pour obtenir de plus en plus de nourriture. Ceux-ci sont alors obligés de quitter la colonie pour partir se réapprovisionner (vers mai-septembre). Les poussins livrés à eux même doivent jeuner un certain temps et résister au froid (pour cela ils imitent les adultes en formant leur propre formation « tortue »). Ainsi lorsque les parents reviennent, ils peuvent poursuivrent leur croissance jusqu'à obtenir leur plumage définitif (au bout de 16 mois après l'éclosion). Les jeunes peuvent à présent prendre la mer et dans quelques années pourront se reproduire à leur tour.



Néanmoins, les poussins n'arrivent pas tous jusqu'à l'âge adulte: seul 1/3 des œufs pondus donnent un adulte. En effet entre les œufs cassés lors du passage de l'œuf entre parents, les petits qui, lors de leur première sorties hors de la poche parentale, sont volés par des parents qui ont perdus le leur sachant que dans la bataille qui s'ensuit le jeûne est bien souvent tué, ceux qui sont attrapés par des prédateurs et ceux qui sont abandonnés par leur parents lorsque leur conjoint met trop de temps pour revenir de sa chasse (voir paragraphe suivant) pour cause de simple retard, mais également car il peut être pris dans des filets ou prédater par des orques.

Adaptation au jeûne

Le manchot est un chasseur exclusivement diurne. Ils se nourrissent exclusivement en mer de poissons, myclophidés (poissons lanterne), céphalopodes (calmars), krill.

Celui-ci est connu pour ses longs jeûnes, sa vie est une alternance entre voyages alimentaires en mer et jeûnes à terre.
Pendant la reproduction et l'élevage du poussin, l'oiseau qui part en mer subit deux contraintes:
Une contrainte énergétique: propre à lui même et de l'ordre de 1,8 kg à gagner, mais également propre à sa progéniture qui doit gagner 80g/jour uniquement grâce aux apports parentaux.
Une contrainte temporelle: si la masse corporelle du conjoint resté à la colonie franchit un seuil critique, la mère abandonnera son petit pour partir se nourrir en mer.



Le jeûne peut se diviser en trois périodes:
-Période I (post-absorptive): Elle dure environ trois semaines, et provoque une forte décroissance de la masse corporelle de l'animal. En effet le métabolisme du manchot passe d'un régime normal élevé à un régime de jeûne et utilise pour cela son stock de glucide (=sucres) qui est beaucoup plus énergisant.
-Période II (absorptive): C'est une phase longue (4 mois) caractérisé par une perte de masse moins rapide (6,7g/kg/j). Son métabolisme est habitué au jeûne et s'attaque à présent aux réserves de graisses de l'animal. L'oiseau passe tout son temps à dormir avec son bec replié sous l'aile, pour conserver son énergie.
-Période III (phase critique): L'animal a finit ces réserves de graisses et attaque maintenant des éléments vitaux au fonctionnement de l'organisme: les protéines (d'où dégradation des muscles, des tissus...). On observe de nouveau une perte importante de masse car il raugmente son métabolisme pour pouvoir à présente assurer des fonctions plus couteuses (telle la marche). A ce stade, le parent n'a d'autres choix que de laisser l'œuf pour survivre et partir s'alimenter en mer. Si l'animal ne trouve pas de quoi subsister avant 3 semaines, alors le jeûne sera létal.

Influence de l'homme sur les manchots
Comme nous l'avons vu, les parents pêchant pour leurs petits sont limités par le temps. C'est pourquoi ils doivent, avant de partir en mer faire attention à la distance maximum qu'ils peuvent atteindre, en fonction du temps dont ils disposent. Les pêches les plus rentables se font à un endroit appelé le front polaire. C'est ici que le poisson y est présent en plus grande quantité. Néanmoins cette source de nourriture n'est pas fixe et se déplace en fonction de la température des océans. Le front polaire fluctue généralement de plusieurs mètres. Ainsi avec le réchauffement climatique, ce front s'éloigne de plus en plus souvent. Par exemple, entre 94 et 96, sa distance était d'1.5 fois plus éloignée de la normal. Sachant plus le manchot mettra de temps pour rapporter sa nourriture, plus le petit sera condamné. Ces années là, 80% des petits environs ont ainsi périt.

Dernière édition de Apocalypse le 2009-04-25 23:15:42.


Nouveau message2017-03-28 21:33   ^ 

Veuillez vous connecter pour poster.